Featuring Mike Ladd, John Greaves, Kirilola, Anja Kowalski, Fanny Roz

"Polychrome sounds from the underground" : comme la radioscopie musicale des transes sonores, qui font swinguer les habitants singuliers d'une étoile blanche, baptisée Linoleum. Swinguer, car le groove est bien la source originelle qui irrigue, entre autres liquides féconds, le circuit veineux de ces sons polychromes... Et l'inconscient et la psyché globale d'un label hors-balises, qui comme un biotope sidéral unique intègre le multiple dans l'homogène, et vice-versa.Du groove donc, astructuré, filtré, souterrain, mutant... mais... omniprésent, très subtilement, parfois, feutré... puis organique, tellurique, charnel sur d'autres compositions.

D'ailleurs, il n'y a pas que le groove qui infuse les 14 titres de ce riche portfolio sonore : des ingrédients hybrides pulsent dans le plexus Linoleum. Coltrane, Surman, évidemment... Vian, le surréalisme, l'Asie, Texier, le space et le free-jazz 70's... l'art des boucles évolutives, hérité du krautrock, de la musique minimaliste, peut-être... Sans parler du fait que, dans le reflet de la globalité des titres, apparaît comme la trace diffuse d'une vapeur à forte dominante Dada... Une vision...

Une vision, partagée, travaillée au corps par la dizaine d'artistes, en solo ou en collaboration, versus des featurings hors-pairs, (Mike Ladd, John Greaves, Kirilola...)... Vision qui fait de " Polychrome sounds from the underground" un acte de foi... Foi dans les pouvoirs respectifs du kolkhoze, de la créativité sans dogmes, de l'absurde et de l'enfantin...